Empreinte carbone : Qui doit agir ?

27/09/2022
Thumbnail [16x6]

73% des Français estiment que c’est à l’État de conduire le changement en donnant plus de moyens d’agir aux citoyens.  


94% des Français estiment que la protection de l’environnement est un sujet important (+1pt vs. 2021).
Pour 6 sur 10 d’entre eux (59%), il faut poursuivre les politiques d’environnement en période de crise car elles ne sont pas incompatibles avec la croissance et l’emploi.

 

Face à l’urgence climatique, les Groupes EBRA et SUEZ ont mis en place depuis 2021 le baromètre « Les Français et leur empreinte carbone », avec l’institut de sondage Odoxa.

 

Cette enquête vise à mesurer l’évolution des préoccupations environnementales des Français, leur connaissance et actions en matière d’empreinte carbone et environnementale ainsi que leurs attentes pour l’avenir.

 

La vague 2022 du baromètre a été réalisée en ligne, du 29 juin au 1er juillet, auprès d’un échantillon de 1 533 Français, représentatif de la population nationale âgée de 18 ans et plus.

Cette nouvelle enquête révèle qu’entre inflation et essoufflement de l’implication citoyenne, les Français attendent un engagement plus important de l’Etat, à travers des aides financières notamment :

   Les Français sont très majoritairement convaincus que réduire « vraiment » notre empreinte carbone n’implique pas seulement de changer de petites choses mais toute notre manière de vivre (77%) et ils jugent également que c’est à l’Etat de conduire ce changement en donnant plus de moyens d’agir aux citoyens (73%).

 

Les souhaits d’accompagnement par l’Etat sont prioritairement tournés vers un soutien matériel comme des aides pour encourager à changer d’organisation tels que le chauffage, l’électricité, la mobilité... (57%) et des primes pour les personnes triant systématiquement tous leurs déchets (50%).

L'implication des Français est importante mais progressera-t-elle assez vite pour répondre aux enjeux actuels ?

 

Le concept d’empreinte carbone reste mal maîtrisé : tous les Français en ont entendu parler (95%) mais seuls 49% savent précisément ce dont il s’agit (+1pt). Ils sont plus nombreux cette année à considérer que mettre en place des actions pour limiter son empreinte carbone est coûteux (71%, +7pts) et compliqué (67%, +4pts).

 

Au quotidien, certaines éco-pratiques ont majoritairement été mises en place mais leur adoption stagne : 66% des Français limitent les livraisons à domicile de repas (-2pts), 52% mangent moins de viande rouge (-1pt) et 39% ont renoncé, lorsqu’ils le pouvaient, à se déplacer en voiture au quotidien (+6pts).

1 Français sur 2 (49%) déclare qu’il lui serait difficile de changer ses habitudes quotidiennes en matière de transports.